André Védrines: son boitier étanche pour caméra Paillard B 8mm

 

C’est lors de l’asemblée générale 2012, le 16 mars, que André Védrines, membre du conseil d’administration du musée et ancien directeur de la FFESSM, a offert une pièce remarquable par sa beauté et unique: un boîtier étanche et la caméra Paillard pour laquelle l’ingénieur Henri Beautes l’a conçu et réalisé.

André Védrines (à droite) en conversation avec Jean Jarry venu faire une conférence lors de l’assemblée générale

Voici les renseignements technique fournis par André Védrines:

Boite étanche pour caméra Paillard B 8 (double 8) 1959/1960

Coffre en AG5 et AU4G (voir note en fin de rubrique) toutes les pièces en inox dans la masse sont faites à la main. Soudures à l’Argon.

Etanchéité par joint torique, ce qui est très rare à cette époque, pour un joint de cette taille.

N° INV  2012.36.1 & 2012.36.1.1

La totalité des manœuvres de la caméra est possible ce qui est aussi une première en 1959 pour la 8m/m Paillard, mis à part le «  Plastiphot » de Stevens  utilisé aussi  par André Védrines.

Le retour pour le double 8 et le chargement de film peuvent s’effectuer par simple ouverture de la caméra coffre ouvert.

Cette boite est unique, montée grâce à la bonne réception des ateliers Breguet de Toulouse où Monsieur Henri Beautes était alors ingénieur.

La seconde boite pour Henri Beautes pour lui-même n’a jamais été fabriquée, par renoncement !!!!

« Cette boite étanche m’a été offerte par Henri Beautes au cours d’une soirée d’anniversaire du Club subaquatique Toulousain, C.S.A.T. [dont André Védrines fut président]

Après toutes ces années , j’en profite pour faire don, sans conditions ni réserve au musée Frédéric-Dumas, qui était mon ami, de cette pièce de collection »

André Védrines

Cette pièce est désormais exposée au musée salle Maurice-Fargues.

Bloc avec sa caméra et caisson

Vue arrière du caisson

Bloc caméra

NOTE AU SUJET de l’AG5 et de l’AU4G:  sans refaire l’histoire de l’aluminium, notons ici qu’il remplaça dès après la guerre de 14-18 la toile vernis des carlingues et ailes des avions -il y avait cependant encore des avions de guerre en bois et toile en 1939.

Il s’agit ici de l’utilisation pour le caisson de deux variétés de dural (ou duraluminium, ou duralumin) utilsés en particulier en aéronautique pour leurs qualité supérieures à celles des aciers: grande résistance et densité plus faible.

L’ AU4G (NF A 02-104 aujourd’hui 2017 A et 2024) est un alliage d’aluminium et de cuivre.

L’ AG5 (NF 5056 A) est lui un alliage aluminium et magnésium.

Ceci pour les non spécialistes et pour tous afin de souligner la qualité de conception de ce caisson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s