Sondages archéologiques à Sanary

LA TRANCHEE REALISEE PAR L ‘INRAP SUR LE PARKING

Durant trois jours une équipe de l’ Inrap a procédé à un sondage archéologique sur le parking du commissariat de la police nationale de Sanary. Il s’agissait de déterminer si des fouilles de sauvetage devaient être entreprises avant les futurs travaux .

Ce type de sondage est systématiquement prévu sur les parcelles dites « archéologiques » et elles sont très nombreuses à Sanary ou, c’est ici le cas, sur des parcelles qui pourraient se révéler intéressantes pour complèter l’histoire urbaine de la ville.

PLUSIEURS COUCHES DE REMBLAIS PRECEDENT UNE COUCHE ALLUVIONNAIRE (ON EST PROCHE DE LA « MERE FONTAINE ») ICI ON VOIT LE SOL « ORIGINEL »

 Le chantier était conduit par Patrick Raynaud de l’Inrap que l’on voit ici dégageant ses découvertes.

APRES LE TRAVAIL DE LA PELLETEUSE                                                PATRICK RAYNAUD UTILISE LE BALAI ET LA TRUELLE LANGUE DE CHAT

 

LA DECOUVERTE SE PRECISE

Patrick Raynaud nous explique l’objet de ses recherches: les renseignements historiques sur l’évolution de la ville depuis l’Antiquité sont peu nombreux et incomplets. Aussi toute opportunité est saisie. Nous lui indiquons que nous sommes en dehors de la ville lors de sa plus grande extension avant le 20° siècle s’entend. Aussi y-a-t-il peu de chance de trouver des traces urbaines sur ces parcelles qui ont été longtemps inondables et inondées lors des fortes chutes d’eau en raison du passage tout proche de la fontaine Mortier dite « Mère-fontaine ». Nous lui parlons d’une parcelle proche du Vallat-Daumas et de la Reppe. Patrick Raynaud nous répond que les sondages n’ont rien donné.

 

Patrick Raynaud Inrap avec Daniel Alsters musée Frédéric-Dumas et Hervé Monjoin mairie de Sanary.        La veille c’est Charly Hourcau Jason archéo Sub qui était venu examiner les découvertes.

 Voici immortalisées par Bernard Laire les traces du cheval (?) de Sanary, sans doute pas celles de l’Hydropithèque et quelques tessons de céramique dont certains avec des traces de combustion. Attendons les résultats et nous en reparlerons.

Quand même !  Pourquoi pas l’ Hydropithèque ?

INRAP Institut national de recherches archéologiques préventives http://www.inrap.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s